Your browser does not support JavaScript!
Je n'ai plus d'accélérateur

Vous roulez tranquillement le coude à la portière, le pied léger sur l’accélérateur. Le moteur ronronne sagement, tout va pour le mieux dans la meilleure auto du monde (normal, puisque c’est la vôtre)... Et puis soudain, plus rien. Vous avez beau appuyer sur la pédale d’accélérateur, le moteur refuse de continuer à fonctionner... Que s’est-il donc passé ? Avant de vous lamenter et d’appeler l'assistance, garez-vous tranquillement sur le bas-côté et essayons ensemble de voir d’où peut provenir cette panne...

Essence

1. Panne d’essence ?

Un petit coup d’œil à la jauge. Elle indique un niveau correct, mais elle peut être défectueuse. Vérifiez que le réservoir contient encore du carburant (secouez la voiture, si ça fait flic-floc, c’est qu’il en reste. Si ça fait pouët-pouët, votre klaxon a un problème !).

2. Fuite d’essence ?

Le niveau est correct, mais il règne une forte odeur d’essence dans l’habitacle. Il y a manifestement une fuite quelque part. Vérifiez les canalisations rigides (pliées, tordues, pincées, percées...), puis l’ensemble des durits et leur colliers de serrage. Une durit poreuse ne se voit pas forcément, mais il y a des signes qui ne trompent pas : forte odeur d’essence, consommation en hausse... Vérifiez soigneusement l’ensemble du circuit d’alimentation, du réservoir (qui, lui aussi, peut être percé) jusqu’à l’entrée du carburateur. 

3. Commande d’accélérateur ?

Ça ne sent pas l’essence ? Pas grave, cherchons plus loin. On va vérifier que la pédale d’accélérateur commande toujours correctement le papillon des gaz. Commencez par vérifier que l’enfoncement de la pédale agit bien sur le câble d’accélérateur. Si ce n’est pas le cas, c’est que le câble est déconnecté de la pédale ou qu’il est cassé. Le câble bouge ? Parfait. Il se peut alors que votre câble d’accélérateur soit détendu (ou qu’il commence à s’effilocher) ou qu’il se coince interdisant l’ouverture maximale du papillon. Ou encore que l’axe de renvoi ait pris du jeu (axe dévissé ou “flottant”). Tout va bien de ce côté-là ? Chouette, on poursuit avec la commande de papillon. Vérifiez que l’ouverture des papillons n’est gênée en rien et qu’elle s’effectue correctement. Si ce n’est pas le cas, contrôlez la biellette de connexion ou la liaison entre la commande de papillon et le papillon (un écrou desserré suffit à empêcher l’ouverture du papillon).

4. Filtre à air bouché

Tout est OK jusque-là ? Alors on continue ! Pour vérifier la totale ouverture du (des) papillon(s) de gaz, vous avez probablement déposé le filtre à air. Remettez en route : si l’auto redémarre, pas de doute, le filtre à air est colmaté ou des objets (chiffon, papiers, feuilles mortes,...) obstruaient l’arrivée d’air.

5. Filtre à essence colmaté

Il se peut que le filtre à essence soit colmaté. Jetez-y donc un coup d’œil et, dans le doute, n’hésitez pas à le remplacer. Attention à son sens de montage, repéré par une flèche. 

6. Pompe à essence défaillante

EssenceÇa ne marche toujours pas ? C’est peut-être plus grave que prévu. Il faut maintenant contrôler que l’essence arrive bien au carburateur. Pour cela, débranchez la durit à l’entrée du carburateur, et plongez-la dans une gamelle. En actionnant le démarreur, l’essence doit couler avec un débit conséquent. Si ce n’est pas le cas, la pompe peut être incriminée. Dans le cas d’une pompe électrique, vérifiez sa correcte alimentation (fil coupé, fusible...). Mais le problème peut aussi venir de la mise à l’air libre du réservoir qui peut s’être bouchée. Pour s’en assurer, ouvrir le bouchon de remplissage et faire démarrer le moteur. S’il se met en route, vous avez trouvé la source de la panne.

7. Pas d’essence dans la cuve du carbu

Si la pompe débite correctement, il faut maintenant vérifier que l’essence arrive bien jusqu’à la cuve du carburateur. Pour cela, déposer le dessus de cuve. Si elle est effectivement vide, le problème peut venir du tamis à l’entrée du carburateur (colmaté). Ou d’un pointeau défectueux, coincé en position fermée, empêchant donc l’essence d’entrer dans la cuve. Troisième possibilité : le flotteur peut s’être coincé en position “haute”, c’est-à-dire dans la position fermant le pointeau. 

8. Essence souillée

Tant que vous avez le nez dans la cuve (!), vérifiez que celle-ci n’est pas souillée par des saletés (les fameuses “boues” de couleur brune) qui risqueraient d’obstruer l’alimentation des différents circuits du carburateur. Avec un chiffon ou une seringue, videz la cuve et nettoyez-la, sans oublier de souffler le gicleur de marche.

9. Gicleur bouché

Tout est propre ? Alors vous avez peut-être un gicleur bouché, ou partiellement obstrué par une impureté. Déposez les différents gicleurs et soufflez-les. Attention, ne RIEN introduire dans un gicleur pour le déboucher. Ils sont en effet calibrés avec une extrême précision, et la moindre “rayure” (en essayant de le déboucher avec une tête d’épingle, par exemple) modifierait leur débit. Il seraient alors bons pour la poubelle... 

10. Ajutage bouché

Au même titre que les gicleurs d’essence, il se peut que les ajutages d’air soient eux aussi colmatés. Procédez alors comme ci-dessus. Et si vous disposez d’une bombe de nettoyant carburateur, n’hésitez pas à l’utiliser pour tenter de déboucher les gicleurs et ajutages.

JE PERDS DE LA PUISSANCE

Variante bien connue de « Je n’ai plus d’accélérateur ». Cette fois, vous roulez, mais vous avez beau appuyer à fond sur la pédale d’accélérateur, vous avez l’impression de vous traîner. Comme si vous veniez de perdre de la puissance. 

– Vérifiez immédiatement le câble d’accélérateur. Il a pu se détendre, mais c’est plus sûrement la liaison avec le papillon des gaz qu’il faut contrôler. 

– Si tout va bien de ce côté-là, vérifiez que l’allumeur est bien fixé. Si ce n’est pas le cas, il peut avoir légèrement tourné, décalant l’avance (trop de retard). Régler l’avance et le serrer sur son pied. Profitez-en pour vérifier, s’il en est équipé, que le correcteur d’avance à dépression est toujours relié à sa capsule côté allumeur et à sa prise côté collecteur d’admission ou pied de carburateur (il peut également être pincé).

– Naissance d’une prise d’air au niveau de l’admission (embase du carburateur ou pipe d’admission). Resserrer les écrous de fixation.

Silencieux ou tuyauterie d’échappement obstruée (vous aurait-on fait une mauvaise blague ?).

Freins restés serrés. Pour vous en assurer, mettez la main sur les tambours de freins. S’ils sont très chauds, jouez sur les excentriques de réglage pour éloigner légèrement les garnitures de la piste des tambours.

 

A LIRE EGALEMENT

• Mon moteur ne démarre pas à froid

Mon moteur ne redémarre pas à chaud

Mon moteur ratatouille

• Mon moteur chauffe

• La pression d'huile chute brutalement


A lire aussi