Your browser does not support JavaScript!
ROUTE - J-2 : direction Marseille
Rassurez-vous, ce n'est pas parce qu'il y a une journée d'action programmée le jour de notre embarquement à bord du Carthage que nous ne partirons pas vers la Tunisie. Pour plein de raisons. D'abord parce qu'il y a du carburant sur toute la route, jusqu'à Marseille. Du sans-plomb à toutes les pompes ou presque et même du gas-oil pour les rares qui, parmi nous, ont choisi ce truc qui pue et pollue, mais qui pue plus et qui pollue plus parce que les politiques en ont décidé ainsi. Ensuite parce que l'hôtel où nous nous retrouverons mercredi à partir de 14h ne fait pas grève (Hôtel Campanile, 329 avenue Saint-Antoine, 13015 Marseille). Ce sera une bonne retraite pour accueillir nos autos, et procéder aux contrôles techniques et administratifs en toute sérénité. Vous y serez accueillis par Guillaume Kuhnlé qui, lui, sera là bien plus tôt pour tout préparer, le reste de l'assistance arrivant par route depuis Grand Couronne.
Jeudi, c'est donc journée d'action. Et nous devons traverser Marseille pour arriver jusqu'au port ! Ça promet ? Pas si nous partons tôt, ce que nous ferons. Aux dernières nouvelles, il n'est pas prévu de blocage du port des ferries, même s'il y aura sans doute du mouvement du côté du port autonome (frêt). En arrivant très tôt, nous éviterons la circulation et tant pis si nous devons attendre trois ou quatre heures sur le port. Nous pourrons y attendre l'arrivée du Cathage qui arrive directement de Tunis avec le plein de gasoil, je vous rassure tout de suite. Et nous y embarquerons pour une croisière que nous espérons aussi peu mouvementée que lors de la traversée du rallye Piste. Pas même une seule vaguelette plus haute que les autres. Une mer d'huile. On nous annonce une météo un peu moins optimiste, mais pas de gros coups de vent, ça devrait donc être assez tranquille.
Comme vous le savez, nous empruntons les ferries de la CTN, Compagnie Tunisienne de Navigation. Le Carthage qui nous accueille est donc territoire tunisien. Autant dire qu'une fois à bord, inch allah ! Pour ceux qui ont déjà fait le trajet, vous noterez qu'il a été entièrement restauré. Ça se sent, ça se voit, et comme nous sommes en pleine semaine, il ne devrait pas être plein. Nous serons donc à notre aise pour déjeuner (ça déprendra de l'heure réelle d'embarquement), dîner (ça c'est sûr) et prendre le petit-déjeuner. Le lendemain, l'arrivée est prévue entre 8h30 et 11h30. C'est fonction de l'heure de départ, mais également de l'état de la mer. Sachez qu'une heure de perdue ne se rattrape jamais dans ce sens-là. Mais est-ce bien là l'important ? Nous aurons quitté la France, direction la Tunisie. La semaine qui nous y attend sera bien loin de l'effervescence (notez le joli jeu de mots) que nous connaissons en ce moment. Ça fera du bien...

A lire aussi