Your browser does not support JavaScript!
Etape 1 - Marseille
Vous avez tous vu Bienvenue chez les Ch'tis. Lorsque Kad Merad voit le panneau “Pas-de-Calais”, il se met Ă  tomber des trombes d'eau. Marseille doit ĂŞtre jaloux du succès du film, parce qu'il a rejouĂ© le scĂ©nario au dĂ©tail près. Panneau “Marseille”, 3000 litres d'eau Ă  la seconde, vent soufflant Ă  130 km/h, tempĂ©rature digne d'un blizzard, lumière aux abonnĂ©s absents... L'apocalypse ! La Bonne Mère en a, paraĂ®t-il, eu les jupes soulevĂ©es...
Malgré ce temps de chien, tout le monde est là. Bon, il faut parfois cligner des yeux et utiliser un fanal ou une lampe tempête pour deviner qui vous parle, mais si l'on s'en réfère à la liste pointée au stylo indélébile sur le papier gorgé d'eau, il ne manque personne à l'appel. Par chance, les contrôles techniques ont pu être effectués sous un préau qui, à défaut de protéger du vent, faisait tampon aux gouttes grosses comme le poing qui cascadaient du ciel plombé. Par contre, pour les contrôles administratifs, il a fallu improviser. C'est donc dans sa chambre que Sylviane a reçu tous les concurrents. Nous avions mis une lampe rouge juste devant sa porte et Pascal jouait les concierges (certains ont prétendu qu'il jouait au maquereau, mais à Marseille c'est impossible. A la sardine peut-être, mais pas au maquereau...). Bref, ces conditions dantesques ont d'autant plus contribué à créer l'ambiance que tout le monde a coiffé le joli petit bonnet Gazoline (bleu). C'est donc Schtroumpfland à cette heure !
Comme il fallait bien une petite panouille pour tenir l'assistance Ă©veillĂ©e et lui Ă©viter de geler sur place, c'est Mousseigne qui s'est distinguĂ©. Avant de partir, il a fait rĂ©viser son Land chez un professionnel, 1.700 euros la facture. Mais le gars doit avoir un vrai problème avec ses petits biceps : il a oubliĂ© de resserrer tous les boulons qu'il a desserrĂ©s. Mais, parfois, il a trop serrĂ©. Les freins. Les garnitures n'avaient plus de jeu, ça pour sĂ»r, mon gars, elles collaient dĂ©jĂ  Ă  leur piste, et ça s'est joyeusement Ă©chauffĂ© ! Et le maĂ®tre-cylindre, la tige de commande, elle Ă©tait tellement enfoncĂ©e qu'elle a fait sauter le clapet antiretour... A la place de Mousseigne, on lui plombe la tĂŞte au professionnel, on donne son nom, on lui fait une rĂ©putation d'enfer qu'Ă  la trente-deuxième gĂ©nĂ©ration on s'en souviendra encore. Mais il est trop gentil, il bougonne, il hausse les Ă©paules, il dit que la prochaine fois, il se fera pas avoir... Ho, tu devrais regarder un peu plus souvent le feuilleton qui se passe Ă  Marseille et qui est diffusĂ© tous les soirs sur France 3, “Plus belle la vie” que ça s'appelle. LĂ -dedans, ils passent leur temps Ă  se trucider pour un oui ou pour un non, les gentils deviennent mĂ©chants, les mĂ©chants sont parfois trop gentils, et les nunuches ne sont pas toutes blondes (la preuve, la pire d'entre elles, est brune). La moralitĂ© de cette novelas franchouillarde, « te laisse pas faire ! »
Allez, tous au chaud ! Température hivernale prévue pour cette nuit, avec un vent qui devrait tomber demain matin pour l'embarquement. Prévoir son petit cachet dès le réveil, Mercalme obligatoire demain...

A lire aussi