Your browser does not support JavaScript!
Adriatica 2 - Etape 13 - AncĂ´ne / Parme
La météo italienne est aussi douée que la nôtre. Elle annonçait de l'eau pour cette journée. Tout faux. C'est sous un soleil estival que la troupe a débarqué, aux premières heures de la journée, à Ancône. Accueillie par notre ami Angelo qui avait amené les pièces pour refaire la distribution de la Triumph TR4 des Moumoune (à l'heure qu'il est, la voiture tourne à nouveau comme une horloge et elle sera bien sur la route dès demain matin). Et pas une seule goutte de pluie n'est venue perturber un groupe fatigué, mais toujours aussi discipliné et attentif à suivre les consignes. La grande majorité a ainsi zappé Rimini pour prendre l'autoroute et filer au plus vite sur Parme, certains prenant tout de même le temps de visiter Bologne la magnifique et ses somptueuses arcades. C'est qu'il y avait apéro prévu, à l'arrivée sur Parme. Ce sont nos amis allemands, Georg, Jasper et Stephanie qui font péter le... Ricard autour de la remorque. Ça promet une chaude ambiance pour le dernier briefing, d'autant que certains nous quittent dès demain matin et qu'ils entendent bien fêter cette séparation.
Je sais combien vous aimez vous gausser des petits pépins mécaniques de nos petits copains. La journée a été pourtant assez calme. La Béhème ratatouille bien encore un peu, mais c'est devenu une habitude que les allemandes se fassent remarquer. Encore un problème de fil de bougie apparemment. Rien de préoccupant. Une nouvelle venue est cependant passée par l'assistance pour une auscultation préventive. Un bruit de roulement est apparu sur le train AR. A suivre de plus près demain. La panne de la journée revient à... Jean-Luc Campana. Câble d'accélérateur cassé sur sa Ford Escort. Les mauvaises langues ont tout de suite affirmé que ça n'était pas bien grave, que ça ne changerait rien en fait, vu qu'il n'avance pas... Hou, les vilains ! Pourtant, Jean-Luc a bien expliqué pourquoi il se laissait doubler par les 2 CV : il a monté un pont tellement court sur son Escort qu'à 4.500 tr/mn en quatrième, il flirte avec les 110 km/h par fort vent arrière. C'est un pont pour courses de côtes qu'il a greffé. Un pont trop court, donc... Et un câble d'accélérateur trop court ? Mauvaises langues, va... En tout cas, c'est réparé et l'Escort, elle roule.

A lire aussi