Your browser does not support JavaScript!
Adriatica 2 - Etape 10 - Budva / Cetinje

Hier, c'√©tait road-book √† la carte. Aujourd'hui, c'√©tait carr√©ment, on jette le road-book et et on fait ce qu'on veut. L'indiscipline a r√©gn√© en ma√ģtresse absolue, et on ne compte pas plus d'une douzaine de courageux √† avoir choisi de faire la route pr√©vue √† l'origine. Avec passage par Podgorica, la capitale administrative du Mont√©n√©gro, puis mont√©e dans les montagnes noires le long de la rivi√®re Moraca, qui trace son chemin avec difficult√© dans la roche, creusant un profond sillon entre des parois encaiss√©es. Puis, tourn√©e vers Svanik pour emprunter une petite route ombrag√©e qui serpente au rythme langoureux des accidents de terrain. Le soleil chaud et mordor√© sculpte litt√©ralement le paysage, caressant d√©licatement les feuilles jaunes, oranges, marron, rouges d'arbres qui s'√©lancent avec vigueur dans le ciel d'un bleu immacul√© ou viennent l√©cher d√©licatement nos carrosseries lorsque le bitume se r√©tracte. Nous croisons peu de monde sur ces routes. La 4CV de Marie et Nadine, en pleine forme, Nadine prenant litt√©ralement son pied dans les encha√ģnements de virage et refusant de c√©der le volant √† Marie. La Traction des Meyer, nettement plus d√©licate √† conduire, la direction √©tant dure et Marie-Th√©r√®se a √©t√© oblig√©e de le masser sur tout le parcours... La Vitesse des D√©prez, v√©ritable attraction locale qui attire les jeunes. Cette fois, c'est √† la sortie de Savnik que nous les d√©couvrons entour√©s par une nu√©e de jeunes coll√©giens tout excit√©s qui ont pris place √† bord et veulent absolument se faire prendre en photos.

Nous les laissons, alors que nous croisons la B√©h√®me des Lombart et la 4L des Dupon-Baverez qui pique-niquent au bord de la route. Avant d'arriver finalement assez tard en bas du monast√®re d'Ostrog o√Ļ nous retrouvons la grande majorit√© des participants. Comment ont-ils fait pour arriver aussi vite ? Ils ont simplement bifurqu√© √† Podgorica pour filer directement sur Ostrog. Les vilains ! Du coup, ils ont eu largement le temps de grimper les 11km, en voiture, l√† o√Ļ les p√©lerins le font √† pinces, et pieds nus ! Une mont√©e s√©v√®re, √©troite, avec des virages en √©pingles et sur une route o√Ļ l'on a du mal √† se croiser soi-m√™me ! Pour arriver au sommet, et d√©couvrir un monast√®re taill√© dans la roche que l'on visite, certes, mais dans lequel on ne voit rien √† l'exception des restes d'un saint, conserv√©s dans une crypte sombre dans laquelle on a du mal √† entrer, pli√© en quatre. Et c'est √† peu pr√®s tout.

La descente est tout aussi p√©rilleuse, mais la r√©compense vaut le d√©placement.Car en bas, le restaurant Kaliba sert des plats nationaux exceptionnels... en volume. 7 viandes et autant de l√©gumes ! M√™me √† trois dessus, on a du mal √† le terminer. Et tout √ßa pour moins de 10 euros par personne, boisson et caf√© compris. Nous y avons retrouv√© les ¬ĺ des participants, les quelques rares courageux ayant fait tout le parcours arrivant √©videmment beaucoup plus tard. Au passage, nous apprenons que nos amis allemands ont quelques difficult√©s avec leur pompe √† essence. Ou, plus justement, l'aspiration qui ne se fait plus au fond du r√©servoir. Il faut que le r√©servoir soit au moins √† la moiti√© plein pour que la voiture tourne. Ca laisse une autonomie de 300 km tout de m√™me. Ils poursuivront comme √ßa...

En arrivant √† Cetinje, je d√©couvre que l'assistance est bien occup√©e. Le d√©marreur de la Ford Escort donne des signes de fatigue. Michel Duriez le fait repartir en lui donnant des coups de marteau ! Sous les yeux effar√©s de Jean-Luc. Mais c'est r√©par√©. On en profite pour v√©rifier l'allumage, ce sera toujours √ßa de fait. A ses c√īt√©s, la Fiat 500 des Collonge est en passe de ses probl√®mes d'allumage qui ratatouille. En arrivant dans la ville (ancienne capitale du Mont√©n√©gro), Jean-Pierre est tomb√© sur un collectionneur de Fiat 500 avec qui il a commenc√© √† discuter. A l'√©vocation de son probl√®me, il l'a emmen√© dans un petit magasin de pi√®ces d√©tach√©es qui ne payait pas de mine et dans lequel il a retrouv√© un faisceau d'allumage et un jeu de vis platin√©es (d'√©poque, celles-l√†, avec le toucheau en c√©loron, pas dans le plastique de daube des refabrications d'aujourd'hui). Plus ennuyeux, la Triumph des Moumoune fait un sale bruit. Roulement de pompe √† eau ou d'alternateur ? Hum, c'est un rien trop m√©tallique et on soup√ßonne plut√īt la chaine de distribution ou son tendeur. On enl√®ve la courroie de ventilateur pour d√©connecter pompe √† eau et alternateur, et on remet en route. Le doute n'est plus permis, le bruit vient bien de la distribution. Emb√™tant, √ßa. On d√©monte, √† l'heure qu'il est, pour affiner le diagnostic. Si c'est bien la source du probl√®me, on appellera Motor Dream demain matin pour qu'il nous envoie les pi√®ces √† Aix-les-Bains et on r√©parera sur place pour que les Moumoune puissent rentrer chez eux. Je vous tiendrai au courant.

Autre surprise, bonne celle-l√†, Jelko, un collectionneur local est venu nous rendre visite, comme au mois de mai, mais avec une nouvelle auto : une Karmann Ghia cabriolet de 1967 en superbe √©tat, achet√©e en Suisse comme en t√©moigne la plaque min√©ralogique qu'il a conserv√©e. Il a pr√©venu un de ses copains qu'il a charg√© d'aller dans son garage sortir un autre de ses tr√©sors, une Karmann Ghia coup√© de 1959. Aussi beau que le premier... Jelko est l'un des plus grands collectionneurs du Mont√©n√©gro et il met un point d'honneur √† restaurer ses autos comme √† l'origine. Il en poss√®de un grand nombre, mais il a un r√™ve : poss√©der une Traction. Il n'a pas cess√© de regarder avec les yeux de l'amour celle des Souslikoff. ¬ę Il ne serait pas vendeur ? ¬Ľ

Derni√®re nouvelle : la Triumph des Moumoune va se retrouver sur le plateau demain matin, les passagers grimpant dans la DS des Morgat qui les accueillent avec grand plaisir. Le probl√®me ? Le tendeur de cha√ģne de distribution. Cass√©. Nous avons d√©j√† pr√©venu Angelo, notre copain d'Anc√īne, qui se met en chasse de la pi√®ce pour nous l'apporter √† Anc√īne jeudi matin, pour r√©paration √† Parme le soir m√™me. S'il ne la trouve pas, Motor Dream nous l'envoie √† Aix. Tranquille. Le sourire est de rigueur. Nous avons ENFIN une voiture sur plateau... ll √©tait temps, on commen√ßait √† d√©sesp√©rer...

Pour finir, le gag de la journée : les Forest ont mis du gas-oil dans leur 2CV. 3 à 4 litres, mais comme une 2CV ça marche avec n'importe quoi de préférence, il a terminé le plein avec du super. Lui qui mettait de l'additif, il a trouvé un substitut plus original, et moins cher (au fait, beaucoup ont jeté leur petite bouteille, et même si on me surnomme le Jean-Pierre Coffe de l'additif, voilà un résultat positif). Allez, à demain pour de nouvelles aventures, dans les Serpentines...

A lire aussi