Your browser does not support JavaScript!
Routes - 05-11 - Ouarzazate / El Kela√Ę N'Gouma
C'est Caro qui vous livre aujourd'hui le r√©sum√© de l'√©tape. Moi, je suis rentr√© en France... ¬ę Belle √©tape aujourd'ui pour la piste comme pour la route. Daniel a emmen√© 30 personnes soit une quinzaine d'√©quipages sur la piste de Boutrahar. Il a fallu forcer la main de Nathalie Chevrier, la fille du Lada car elle avait eu un peu peur hier mais la force de persuasion de Daniel est telle qu'elle est venue. Pour beaucoup, c'√©tait le bapt√™me du feu : les deux 203 (la famille Az√©ma) et nos belges pr√©f√©r√© (Laurent et son √©pouse Marthe) qui ne se sont pas d√©gonfl√©s malgr√© leurs poteries sur le toit ; pas mal de 2 CV et de R4 ; nos motards fous pr√™ts √† en d√©coudre avec un immense sourire (ils sont s√Ľrement masos)... Le rendez-vous avait √©t√© fix√© √† 10 h √† l'embranchement de la piste pour un d√©part √† 10h30... Tout le monde √©tait l√†, sauf Huguette et son Ami 8. En retard qu'elle √©tait. Il faut dire que, tant qu'elle n'a pas pris son petit d√©jeuner, elle erre comme une √Ęme en peine, affichant un 3 de tension !
Le groupe part enfin, emmen√© par Daniel, Fran√ßois et le toubib, le tout film√© par Christian Mommayou. D√®s les premiers kilom√®tres, on note un abandon : celui de la 2 CV camionnette de Paul de Bordeaux (celle avec la tortue sur le toit). Marie-H√©l√®ne a craqu√©, elle a eu les choquottes et elle a fait demi tour. Je ne fais pas ma fi√®re, j'en aurais sans doute fait autant. Les autres ont attaqu√© la mont√©e du col sur la piste ; certains ont des difficult√©s de motricit√©, notamment Gigi (228), stopp√©e net avec sa 4L dans une mont√©e : cardan cass√© ! Jean-Marc Dupon et Agn√®s (celle qui vaut 800.000 chameaux), trop contents que ce soit les autres qui ont des probl√®mes lui en offrent un... Le temps de le monter (une grosse demi heure) et hop, Gigi repart pour... casser dix minutes plus tard. Pas normal, √ßa. Y'aurait-il un autre probl√®me ? Gagn√©. Son cardan s'est d√©bo√ģt√© √† cause d'un support de bo√ģte de vitesses cass√©. Pas question de poursuivre dans ces conditions. Pascal Lefebvre et Alain Levasseur vont la remorquer jusqu'√† l'h√ītel pour faire une r√©paration avec des pi√®ces locales. Demain matin, elle pourra de nouveau go√Ľter √† la piste sans plus rien casser. Notons que la 4L de Marianne a d√Ľ se dire que l'assistance √©tait d√©j√† occup√©e avec sa ni√®ce, alors elle a d√©cid√© de se tenir tranquille toute la journ√©e ! Bravo √† l'√©quipage f√©minin !
Après la montée, descente sur le village de Boutrahar. Il est presque midi et le groupe passe devant l'auberge Tamalout (ça ne s'invente pas). Il s'arrête et commande 30 omelettes berbères ; comme il faut un peu de temps pour casser tous les œufs, on en profite pour faire un petit tour dans le village. Bernard Azéma veut donner des fournitures scolaires, Daniel cherche un instituteur. On trouve un gars qui se présente comme le frère de l'instit'. Hum, on doute, d'autant plus que des enfants rentrant de l'école nous font signe qu'il ne nous indique pas du tout la bonne direction pour rencontrer l'instit'. Nous lui donnont malgré tout quelques crayons et nous repartons. On a fini par trouver un gars qui se disait instit'. Etait-ce lui le bon ? On n'en saura rien. Bernard a fait la distribution. Si c'est bien lui, les gamins auront cahiers et crayons, sinon, quand on repassera dans quelques semaines, il y aura une papeterie à Boutrahar. Après toutes ces émotions qui creusent, nous retournons au restau manger nos excellentes omelettes berbères (une omelette sur laquelle on dépose un mix de légumes réduits, genre petits pois, poivrons, haricots et deux ou trois non identifiés) et tout le monde repart. Sauf trois voitures qui ont préféré remonter manger en haut du col (dont les 243 et 276) et qui nous rejoignent plus loin.
Satanas et Diabolo ouvrent la route, survolant les cailloux, perdant tout : les phares, les boulons,... La semaine prochaine il va y avoir ouverture d'un magasin de pièces détachées à Boutrahar ! On retrouve la piste mais 100 m plus loin, la VW 181 des Chaintreuil prend un méga trou et une jante ne résiste pas. Pliée... Le temps de changer la roue et elle repart. Daniel attend, pénard, les retardataires, qui doivent poursuivre, sans prendre le temps de se reposer. Genre au ski quand t'arrives crevé et que les autres en ont marre de t'attendre et te redémarre sous les spatules sans que tu puisses reprendre ton souffle ! Les retardataires c'était ceux qui prenaient les photos + le belge qui creusait un sillon sur la piste avec la boule de son attache caravane ! Heureusement que c'était le dernier, sinon les autres auraient eu une ornière en plus !
On a regagn√© le goudron vers les gorges de Dad√®s ; en tout une belle balade jusqu'a 15h30... Alors qu'on attendait les pistards √† 12h (d'ailleurs Sylviane attendrait encore Daniel √† midi √† l'h√ītel si on ne l'avait pr√©venue !).
Belle aventure que la piste car Daniel avait prévenu que les paysages seraient fabuleux et là c'était au rendez-vous : tons ocres, rouges, montagnes flamboyantes... Madame Lada (Nathalie) n'a pas regretté son déplacement !
Si certains ont eu du mal √† distribuer des fournitures, ce n'est pas le cas de l'√©quipage 215 : Jena-Jos√© et Eva voulaient donner des v√™tements mais √† qui ? Heureusement, au resto, le propri√©taire les a dirig√© sur une famille de nomades, dans la montagne ; petite grimpette pour arriver jusqu'√† eux et un vrai moment de partage : th√© √† la menthe, grands gestes et sourires pour se comprendre ; 3 petits enfants 8, 6 et 2 ans qui ont re√ßu les habits ; leur m√®re a m√™me montr√© √† Eva comment on tissait ; rencontre de deux mondes, mais aussi de deux √©poques ; l√† haut c'est le Moyen-√Ęge mais tellement chaleureux.
Pendant ce temps, les routards attaquaient les deux gorges, Dad√®s et Todra, dans l'ordre de leur choix et √† l'heure qu'ils souhaitaient ; r√©sultat, toute la journ√©e les √©quipages se croisent, se recroisent, dans les deux sens, sur quatre routes... Les pauvres marocains n'y comprennent rien et de temps en temps un policier essaie vainement de nous dire : ¬ę c'est par l√† ¬Ľ. Tr√®s marrant, on se croirait dans un film √† la De Funes ! A se demander dans quel sens on lisait le road-book. Le road-book, il faut vous dire que c'est notre bou√©e de sauvetage √† nous, notre petit GPS papier que l'on nous d√©livre tous les soirs pour que l'on passe la nuit √† l'√©tudier... En fait on a surtout le souci de ne pas l'oublier dans la chambre le matin et on l'ouvre sur le parking devant l'h√ītel ! Et apr√®s on passe la journ√©e √† d√©chiffrer les hi√©roglyphes (?) de Daniel ; √ßa occupe bien la journ√©e, surtout quand le gazou, qui ne l'a pas ouvert, affirme √† sa gazelle qu'elle s'est s√Ľrement tromp√©e au dernier carrefour...
les deux vallées sont des merveilles et le Sud du Maroc se mérite ! Nous avons eu toutes les couleurs du drapeau en même temps ; le rouge des montagnes et le vert des palmeraies se mêlant aux ocres et au ciel bleu ; une vraie palette !
Les enfants archi présents le long de la route n'oublieront pas leur journée ; ils ont eu droit à des ballons gonflables, des bonbons, des stylos et les plus chanceux... un tour en side-car ; Historique !
Après 10 jours de Maroc, les équipages s'orientalisent : on voit les têtes se couvrir de chèche, les pieds se chaussent de babouches, les femmes ont des tatouages de henné sur les mains ou les bras ; et certaines vont même jusqu'à danser avec les danseuses orientales (Eva on t'a reconnu malgré ton voile sur le visage !)
Aujourd'hui belle arriv√©e √† l'h√ītel Ksar Kaissar o√Ļ certaines chambres sont troglodytes ; c'est bien mais √† qui les distribuer ? Casse-t√™te pour Sylviane qui se demande si les gazous sont ou non claustrophobes... Nos deux motards, d√©j√† soud√©s, le jour on choisi une grotte pour la nuit ; leur intimit√© va se poursuivre car s'ils veulent de l'espace en plus, va falloir creuser... Compte tenu de l'√©tat de leurs muscles ce soir, je pense qu'ils dorment d√©j√† en se penchant dans les virages...
Nous envoyons ce soir un petit coucou amical à Valérie Couillin qui, pour la plus grande joie de l'Education nationale, a rejoint la France aujourd'hui et qui découvrira les vallées sur internet !

A lire aussi