Your browser does not support JavaScript!
Route - 30-10 - Algéciras / Kénitra
D'habitude, la nuit est faite pour dormir. Pas cette fois. Hier au soir, mauvaise surprise. Les voitures √©taient, comme pour la premi√®re session, gar√©es sur le port. Probl√®me : elles n'√©taient pas gard√©es. Certes, le coin n'est pas dangereux, mais on ne sait jamais et nous avons donc organis√© des quarts pour surveiller notre joli parc. Plus pour rassurer les participants que pour jouer les Starsky et Hutch. Du coup, √ßa a donn√© lieu √† quelques s√©ances amusantes. Michel Duriez et son petit-fils Nicolas ont tenu √† participer. A leur mani√®re. Avec la guitare. Au programme, musique et chants improvis√©s. √áa a donn√© du c¬úur √† l'ouvrage √† l'√©quipe d'assistance qui en a profit√© pour refaire la dynamo de la P60 et badger toutes les autos qui ne l'√©taient pas encore. Mieux, la plupart des contr√īles techniques ont √©galement pu √™tre r√©alis√©s. A la lumi√®re des frontales et des torches. Les spectateurs (rares) qui passaient par l√† ont d√Ľ √™tre surpris par l'activit√© inhabituelle qui a r√©gn√© sur le port toute la nuit !
Au petit matin, alors que 6 heures sonnaient aux clochers des √©glises, Guillaume, notre copain Dieppois a d√©barqu√© √† son tour. Pr√™t √† conduire Jean-Marc Dupon √† Malaga pour chercher un m√©canisme d'embrayage. Trouv√© chez le premier accessoiriste qui, sympa, a appliqu√© le tarif garage. C'est pas beau √ßa ? Merci Guillaume. Mais pas question de changer tout de suite le m√©canisme, il faut quatre bonnes heures et on ne les a pas. On devrait les avoir √† Essaouira. Du coup, pour que Jean-Marc puisse rouler, on lui a bricol√© sa garde d'embrayage, pour la tendre au maximum et lui permettre de passer les vitesses. √áa fait un peu de bruit, mais c'est un moindre mal. Autrement dit, toutes les autos sont roulantes ce matin. Au passage, les Getain et leur P60 peuvent avoir le sourire. La solidarit√© de leur club AAA d'Agen a jou√© √† plein. Ren√© a appel√© son copain Marcel P√©r√© et lui a demand√© de lui exp√©dier non pas une mais deux dynamos. Aussit√īt dit, aussit√īt fait. Marcel les a envoy√©es par DHL aux Berthelot qui nous rejoignent par avion. Demain. Bravo les gars, √ßa c'est du d√©pannage √† distance !
L'embarquement a eu lieu, sans aucun souci, et √† l'heure pr√©vue. Pour le d√©barquement, √ßa a √©t√© une autre paire de manches. La douane, encore et toujours. D√©pass√©e manifestement par l'importance du groupe, se m√©langeant les pinceaux entre les passeports et les papiers verts et blancs. On les perd, on les m√©lange, on lit de travers. Bref, il va falloir plusieurs heures pour d√©nouer une situation √† la Ubu ! Daniel nous a fait son habituel coup de sang, mais √ßa ne sert habituellement pas √† grand-chose. Il faut savoir prendre son mal en patience. Palabrer, expliquer, sourire, reprendre les papiers, les redonner... Au final, il faudra plus de trois heures pour que tout le monde puisse repartir. Heureusement que nous avions pr√©vu le coup et distribu√© un panier repas avant de prendre le bateau. Tout le monde a pu manger et l'ambiance est rest√©e plut√īt bon enfant.
Par contre, ce retard √† l'allumage nous a oblig√© √† revoir l'√©tape du jour. Plus question de passer par Chefchaouen. Dommage, la route √©tait sympa et nouvelle pour les anciens. C'est donc par l'autoroute que tout le monde a ralli√© K√©nitra. Tard, tr√®s tard. Pour y retrouver le groupe italien et tous ceux qui √©taient arriv√©s la veille, via S√®te. Forc√©ment plus repos√©s que notre groupe. Demain, l'√©tape sera encore une fois assez longue. Nous rallierons K√©nitra √† Safi, faisant l'impasse sur la halte pr√©vue √† El Jadida. Environ 400 km. Mais la route c√īti√®re est sympa et, au bout, le port de Safi vaut ce petit surplus de kilom√®tres. Toutes les autos sont roulantes (il semble cependant que la 403 cabriolet de St√©phane et Christiane Joly ait quelques petits probl√®mes, mais Daniel est sur le coup, comme toute l'assistance), les √©quipages en pleine forme. Bienvenue au Maroc !

A lire aussi